A la venta Le Photographe de Mauthausen
Le Photographe de Mauthausen just released!

Photographe LQ

 

El Fotógrafo de Mauthausen

Salva Rubio & Pedro J. Colombo & Aintzane Landa 

Tapa dura / Hardcover (168 pags)

Le Lombard / Norma Editorial

ISBN: 9782803635252

Como tantos otros camaradas deportados al campo de Mauthausen, Francisco Boix no esperaba sobrevivir tal pesadilla. Pero cuando se cruza con el comandante Ricken, cuyo sadismo le lleva a fotografiar el horror del campo, Francisco entiende que tiene al alcance valiosas pruebas que pueden incriminar a los nazis… si consiguen sacar las fotografías del campo.

Presentamos la historia real del único testigo español en el juicio de Nuremberg y su lucha por mostrar la verdad al mundo.

 

 

 

Podéis leer las primeras páginas aquí / Read the first pages here… y comprarlo en las siguientes tiendas:

 

Le Lombard logo Bdgest logo

 

Ediciones en otros idiomas / Other languages:

Photographe LQ

Français / French

Photographe LQ

Español / Spanish

Photographer ENInglés / English

 

Il Fotografo di MauthausenItaliano / Italian

 

 

 

 

 

 

¿Qué dicen de "Le Photographe de Mauthausen?"

Salva Rubio livre ici un magnifique témoignageUn devoir de mémoire éloquent superbement réalisé. Un exercice de recherche historique colossal magnifiquement retranscrit sous la plume respectueuse et pleine de pudeur de l’auteur. Le récit qui en découle est à la fois passionnant, générateur de multiples émotions (ça prend aux tripes !), instructif et vital. Une maestria scénaristique dont la prestation graphique, issue du duo composé par Pedro J. Colombo et Aintzane Landa, se fait le parfait écho. Une œuvre remarquable – à tout point de vue – à ne manquer sous aucun prétexte. (La Ribambulle)

 

Rubio, auteur cette année d’un autre opus remarqué, "Monet, nomade de la lumière" (Le Lombard) a compilé une documentation phénoménale (…) Le scénariste a donc transmis à Colombo, son dessinateur, le plus de photos possible tirées de fonds divers. Cela donne un récit poignant à plus d’un titre qui délivre une force émotionnelle rare. Si le cadre est important, les auteurs se rapprochent surtout des hommes pour tenter de cerner leur réaction face aux évènements qu’ils subissent, pour comprendre la folie qui gagne, la peur, et cette déraison qui s’affiche sur les visages et les corps rabougris. Un album d’une puissance remarquable (…) Indispensable. (Maxoe)

 

Salva Rubio, scénariste et historien brillant de "Monet, nomade de la lumière", (…) rend hommage à un homme qui aura le courage de résister de l’intérieur. Pedro J. Colomboest au dessin, sobre, efficace, émouvant, sans rien cacher de cette terrifiante horreur ordinaire. L’ouvrage de Rubio est précédé, complété par des dossiers, des photos, un historique précis nécessaire et bien fait. (Ligne Claire)

 

La narration en bande dessinée de ce témoignage glaçant est admirable, d'autant qu'elle est complétée par de nombreuses ressources: préface et postface expliquant la démarche, lexique, bibliographie complète et plusieurs essais expliquant le contexte historique et montrant des exemples des photographies sauvées. (Yahoo News Fr)

 

Voilà une BD documentaire hors du commun, dont l'histoire glace d'effroi comme a chaque fois qu'on lit des choses sur cette période, et nous fait sentir tout petit devant les épreuves subies par les prisonniers et particulièrement Francisco Boix. (…) Le dessin réaliste aux couleurs sombres rend bien compte de cette folie, notamment en reproduisant quelques photos volées au commandant SS Ricken. (…) Cet album est un vrai documentaire riche d'enseignements qui s'ajoute aux nombreux ouvrages indispensables au devoir de mémoire. (SambaBD)

 

 

Cette BD est un témoignage poignant, loin du « il faut dire la vérité » ou de la dénonciation de telle ou telle idéologie. Le photographe de Mauthausen c’est l’histoire d’une vie à travers la grande Histoire. (…) Nous avons une forte empathie pour ce personnage et c’est ce qui fait la force de cette histoire. Lui qui a toujours voulu que l’on comprenne son histoire a enfin une BD à sa mesure. (…) En bref, une lecture bouleversante et magnifique, l’histoire d’un homme avec une volonté d’acier ! (La Petite Bulle)

 

 

Avec cette biographie de Franscico Boix, Rubio rend hommage à un homme qui aura le courage de résister de l’intérieur. Sa vie ne valait pas un sou, il l’a mise en jeu avec un détermination incroyable. Pedro J. Colombo est au dessin, sobre, efficace, émouvant, sans rien cacher de cette terrifiante horreur ordinaire. (…) Tout est vrai dans cet album. On y atteint le summum souvent inracontable de ce qu’ont vécu les déportés, ce qui les poussera à se murer dans un silence mortel après la guerre de peur de ne pas être cru. (…)  Il faut accompagner ce photographe qui méritait cet hommage, par devoir de mémoire certes mais aussi car rien ne peut arrêter un homme qui met sa vie au bout de ses idées de justice. (Ligne Claire)

 

 

Dans Le photographe de Mauthausen, l’enjeu est justement la mémoire. Héros ordinaire, le protagoniste encourt de petits risques qui, dans le contexte, sont héroïques. Le scénario de Salva Rubio s’avère convaincant et le lecteur adhère à l’histoire. (…) Le dessin de Pedro J. Colombo est sobre ; ses illustrations rendent l’esprit qui devait régner dans ces lieux. Un mélange de résignation et de calme, chacun évitant de faire quoi que ce soit qui puisse indisposer les bourreaux. Il en va de même pour les couleurs d’Aintzane Landa Chillón (…) Pour réaliser cet album, les auteurs ont effectué un imposant travail de recherche. (BDGest)

 

 

(…) la lecture du « Photographe de Mauthausen » se révèle précieuse, voire indispensable. Le scénario de Salva Rubio est rigoureux et s’appuie sur une solide documentation. Le dessin de Pedro J.Colombo est souple et réaliste, d’un classicisme qui facilité l’entrée dans le sujet et dans l’album. (Viens Voir)

 

 

Cet incroyable destin est narré ici avec force et précision dans un épais one-shot à haute teneur pédagogique : 100 planches emplies d’effrois et de sensibilités, renforcées d’un précieux dossier documentaire de 50 pages… (…) 70 ans plus tard, une certaine logique devait conduire au fait que ce soient deux auteurs Espagnols qui puissent rendre justice au destin de Francisco Boix : le scénariste Salva Rubio (dont nous avions déjà salué l’album « Monet, nomade de la lumière ») et le dessinateur Pedro Colombo (du reste, n’oublions pas la coloriste Aintzane Landa) n’ont assurément pas failli dans ce complexe devoir de mémoire. (BdZoom)

 

 

Une Bd historique saisissante. Le témoignage en images (que je trouve parfois plus expressif que juste avec des mots) sur une période sombre de notre histoire. C’est magistrale car certes c’est romancé mais c’est inspiré d’un fait réel que je ne connaissais pas et qu’il est enrichissant de savoir. (…) Magnifique, indispensable à lire. (Juste Lire)

 

 

Il est des albums dont la lecture hante durablement le lecteur par leur sujet et la façon dont il est traité… Signé par Salva Rubio et Pedro J. Colombo, Le photographe de Mauthausen est indéniablement de cette trempe là… (…)  Avec finesse, Pedro J. Colombo met en scène ce récit édifiant et révoltant qui montre les zones sombres et lumineuses de l’humanité. Rehaussé par les couleurs sombres d’Aintzane Landa, son trait réaliste réaliste fait ressortir avec force les émotions et les états d’âme de chacun des protagonistes de ce drame désespérément humain… (…) Un album édifiant et glaçant mais indéniablement salutaire que tout un chacun devrait lire… pour que nul n’oublie… (Les Sentiers de L’Imaginaire)

 

Cet album s’appuie sur de solides recherches documentaires qui permettent aux lecteurs de rentrer au plus près de l’univers concentrationnaire. Mais son propos n’est pas de décrire par le menu le système, les brimades ou les tortures, le propos est ailleurs. Le lecteur sait et comprend très vite que la vie est terrible entre ces murs et les auteurs s’attachent à raconter ce qui se passe dans la tête de Boix, ses doutes, les risques qu’il fait prendre à tous ses compagnons. (Cases d’Histoire)

 

 

Les trois auteurs refusent de céder à la panique et à entrer dans le jeu des occupants, plaçant la monstruosité entre un début et une fin de récit optimistes, où brille l’espoir. L‘histoire n’est pas pour autant belle, mais oeuvrant avec suspense plutôt que tire-larmes, les trois auteurs réussissent une belle oeuvre qui remet en question le statut de héros tel qu’on le conçoit et tel qu’il catégorise certains hommes et femmes restés dans les annales plutôt que d’autres. Et puis, il y a le trait de Pedro J. Colombo (une découverte pour ma part) qui supplante tout dans un traitement graphique moderne et luxueux (des double-planches aussi édifiantes que les ombres et les monstres qui s’y cachent). Tout pour marquer les esprits et les mémoires. (Branches Culture)

 

 

D’un point de vue narratif, Salva Rubio a opté pour le récit-témoignage dont le narrateur est évidemment Boix lui-même, tout en mettant un point d’honneur à restituer la vérité historique, concédant de rares changements mineurs par souci de cohérence. Preuve de son souci de ne pas travestir la réalité, un dossier historique d’une cinquantaine de pages, illustré en toute logique par de nombreuses photographies, vient compléter l’histoire. Globalement, Le Photographe de Mauthausen s’avère un document édifiant sur un chapitre ignoré du génocide nazi. L’ouvrage tente également d’honorer Francisco Boix en mettant en images son terrible témoignage, lui qui à l’époque s’était heurté au froid dédain du tribunal de Nuremberg. (Benzine Mag)

 

 

L’enfer de ces hommes, prisonniers est bien relaté, tout comme les découvertes effroyables du héros, les risques pris pour essayer un jour de rendre hommage aux milliers de victimes, et son envie de survivre à tout cela. Le récit est inquiétant, intéressant, captivant, le scénario est bien mené, tout comme le trait, juste, fin et dynamique, qui arrive parfaitement à retranscrire les horreurs de cette guerre, de ces camps et de l’enfer vécu par des milliers d’hommes… Le photographe de Mauthausen est un bel ouvrage, une bande dessinée captivante, intéressante, très bien travaillée, qui revient sur l’histoire de Francisco Boix, prisonniers de guerre, des allemands, dans le camp de Mauthausen, où il tentera de survivre pour qu’éclate un jour la vérité sur l’horreur de ces camps, et faire vivre le souvenir de ces milliers d’hommes exterminés. Un dossier historique, très complet, termine très bien ce bel ouvrage à découvrir. (Francenetinfos)

 

 

Les auteurs arrivent brillamment à restituer l’horreur des camps et les épisodes de tension terrible où les prisonniers tentent de cacher les négatifs au péril de leurs vies. Si de leurs propres aveux, les auteurs ont pris quelques libertés quand à la vérité historique par manque d’éléments, l’œuvre n’en est pas moins passionnante. Un ouvrage nécessaire mais terrible. À ne pas louper également, le supplément mis à la fin de l’ouvrage sur toutes les recherches effectuées par les auteurs pour la réalisation de cette bande dessinée, ce qui jette une lueur supplémentaire sur le travail accompli. (Elise Rillard, PlaneteBD)

 

 

 

Entrevista Ligne Claire

 

 

 

 

Miembro asociado del WGAW
WGAW Associate Member


Nominación a mejor película de animación - Premios Goya
Best animation film
Goya Awards


Nominación: Mejor Pintura (arte interior) Premios Eisner
Nomination: Best Painter (interior art) Eisner Awards


Visita mi blog
Visit my blog